Art & Divertissement Business Jeux Maroc Technologie

Gaming | Témoignage d’un Gamer sur l’E-Sport au Maroc

Rédigé par Mehdi

A la vue de certains événements récents et de l’émergence de plusieurs avis et débats concernant l’état de la communauté marocaine de LOL et de l’e-sport plus généralement, j’ai décidé de vous donner mon opinion personnelle sur le sujet.
Avant de m’étaler sur ce que j’ai à dire, une petite présentation est indispensable pour donner plus de crédibilité à ce qui va suivre et à mon éligibilité quant au fait que je parle en toute connaissance de cause.

– Qui suis-je ?
Je suis plus connu sous le pseudonyme SAZAN, j’ai rejoint la communauté marocaine en tant que joueur vers la fin de la saison 2. Depuis, vers la fin de la saison 3 et début saison 4, j’ai créé une équipe et nous avons commencé à jouer « compétitivement » dans la scène marocaine. Nous avions remporté plusieurs tournois LAN et NET et étions très connus dans la scène comme étant l’équipe la plus dominante à un moment, nous avions eu notre moment de gloire et j’étais pas mal connu. La saison 5 a été moins mouvementé (0 événements majeurs) et j’ai décidé de basculer vers le côté organisationnel de la scène pour un certain temps.

L’e-sport dans la culture marocaine.

Maintenant passons au vif du sujet, l’e-sport, un rêve ou une réalité pour les marocains? Parlons déjà de la définition de l’e-sport. Sport et électronique en un seul mot, mais ce n’est pas tout à fait correct. Sport définit une activité physique qui est assujetti à une compétition. Donc l’e-sport ce qu’il en tire de semblable c’est l’activité et la compétition, l’activité dans ce cas est un jeu vidéo d’où l’on tire la partie électronique. Nous sommes bien d’accord maintenant sur ce qu’est la définition de l’e-sport, il est semblable au sport mais est-il pour autant accepté au Maroc ? Nous pouvons tous constater à travers internet que l’e-sport est une réalité, une vraie chose à travers différents pays et continents: une économie grandissante, une passion partagée entre des millions, une audience gigantesque qui se déplace d’un continent à un autre pour assister à certains événements. Cependant au Maroc ce n’est toujours pas le cas, la pratique de l’e-sport se heurte ici à un mur culturel, mais est-ce une raison pour capituler? Si nos parents et notre milieu refusent de voir le potentiel que l’e-sport a en ce moment, il faut leur montrer qu’ils ont tort par la logique et non pas céder aux différentes pressions qu’on subira en défendant notre cause. L’e-sport peut tout à fait devenir un marché réel et florissant pour l’économie marocaine, mais avant cela, il faut se préoccuper de la base de cet e-sport, à savoir la communauté.

La communauté marocaine.

#IAMFail #ADSLFail

Nous allons nous limiter à la communauté marocaine de LOL, pourquoi? Parce que si il y a un jeu qui réussira bientôt à devenir un e-sport au Maroc, c’est bien LOL car déjà c’est l’e-sport le plus populaire au monde du moment et bien sûr le point le plus important c’est qu’il est gratuit, notons aussi que par rapport aux autres jeux nous n’avons pas besoin d’avoir un pc de 30000 dirhams pour y jouer.
Parlons alors de cette communauté! En chiffre? Je dirais des milliers de joueurs, si ce n’est des dizaines de milliers. Active? Disons peut-être 30% joue de façon régulière. Niveau? Là, c’est le hic. Pour une communauté qui existe depuis le début du jeu, je dirais que le niveau laisse à désirer. Pourquoi? Plusieurs raisons sont avancées par les joueurs, je vais essayer de citer celles qui sont les plus répétées et j’en parlerai en détails.
* La connexion internet : la raison favorite des joueurs pour justifier le fait qu’ils n’arrivent pas à atteindre un bon niveau du jeu. Certes la vitesse et la qualité de la connexion jouent un rôle très important dans le jeu vu qu’il est joué sur le net. On blâme surtout un Ping élevé et des déconnexions récurrentes qui empêchent de jouer à son maximum et je suis bien d’accord. Cependant, je ne crois pas que ce soit la raison pour laquelle le niveau est aussi bas que ça et je vais vous donner deux exemples pourquoi: d’abord pour pas nous balader trop loin, remarquez que la communauté des joueurs tunisiens comptent pas mal de challengers et de masters parmi leurs rangs et ce malgré le fait que leur connexion internet ressemble à la notre si ce n’était pire jusqu’ici, pourquoi alors n’existe-t-il presque aucun master/challenger marocain ? Un autre exemple plus loin est celui des coréens qui jouaient à LOL et qui se classaient parmi les premiers avec pas moins de 400 Ping sur le serveur EUW avant la création de leur serveur en Corée du sud. Là encore est une preuve que ce n’est pas la connexion internet qui fait la recette d’un bon joueur.
* Riot s’en fout de l’Afrique du nord : la réponse à cette raison est plutôt paradoxale avec sa cause présumée, parce que tout simplement Riot remarque que le niveau en Afrique du nord est trop bas pour y investir quoi que soit…
* Manque d’événements à lots : ici je dois dire que je suis presque d’accord quoi qu’il y a beaucoup à dire sur ce sujet qui sera le centre d’intérêt de la partie suivante.

La scène « compétitive » de LOL au Maroc

Fnatic vs H2K Gaming, LCS 2015

Beaucoup pointent leur doigt sur le fait qu’il n’y a pas de motivation qui pousse les gens à devenir meilleurs au jeu et demandent ainsi des événements à lots matériels pour les stimuler à jouer. Cependant je considère que la demande est largement plus basse que l’offre. Je suis conscient qu’il y ait pas mal de bons joueurs marocains, mais il n’y en a pas assez tout simplement pour pouvoir faire de tels événements, et pourquoi? C’est simple, le manque de niveau créé un manque d’audience ce qui mène à un désintérêt des sponsors! Et oui, parce que ce sont les sponsors qui vont vous fournir les lots désirés. Pas mal de personnes ont organisé des événements par le passé et ils y en a d’autres qui en organisent toujours, mais ce ne sont que des joueurs comme vous, bénévoles et dont les moyens sont très limités, qui désirent faire bouger les choses et offrir à la communauté un semblant de tournoi « professionnel » pour vous gâter. Si les joueurs refusent de participer parce qu’il n’y a pas de lots conséquents et que les joueurs encore une fois refusent de faire monter leur niveau de jeu, alors nous serons dans une impasse et la communauté n’avancera pas d’autant plus qu’on garantit pour l’e-sport au Maroc de rester un hobby personnel au lieu de devenir une réalité commune.

La solution magique…

Les Coréens de Samsung White remportent le titre de meilleure équipe du monde de League of Legends

Il n’y a malheureusement pas de solution magique, mais il y a toujours une solution, qui n’est autre que la persévérance des deux camps: les joueurs et les organisateurs. Comment ? C’est en organisant des événements réguliers que l’on pourra nourrir les joueurs avec un pseudo milieu compétitif, qui augmentera ainsi le niveau général de la communauté et qu’on attirera de plus en plus de personnes pour assister et/ou participer. Ainsi nous pourrons, espérons-le, attirer les sponsors pour investir au niveau de la scène Marocaine et promouvoir l’e-sport au Maroc. Cependant, il n’est pas facile d’arriver aisément à installer ce système. Des engagements des différentes parties s’imposent, si on souhaite le bien de notre communauté, il faudra agir avec professionnalisme et rigueur. Pour atteindre les meilleurs, nous nous devons de les imiter tant pour les joueurs, que pour les organisateurs. Surtout ces derniers, car nous avons connu plusieurs personnes et organisations ayant créé plusieurs événements avec pour but et promesses d’en organiser d’avantages par la suite, mais à défaut de leurs promesses, ils ont tout simplement abandonné à mi-chemin prétextant que la communauté était trop négative, toxique et qu’elle ne méritait donc pas tous ces efforts. Le message que j’adresse aux organisateurs, est en premier lieu d’organiser quelconque événement par pure envie de partage avec la communauté et non pour un profit personnel. En second lieu, soyez réaliste quant au fait que votre premier événement ne sera pas forcément fort d’un succès explosif, vous pouvez même vous attendre à un échec cuisant. Cependant, n’abandonnez pas après un échec, apprenez de vos erreurs, persévérez et retentez l’expérience une deuxième, troisième voir quatrième fois; parce que la confiance et la loyauté des gens s’acquièrent avec le temps. Si vous baissez les bras dès votre premier échec, vous n’avancerez jamais et ce quel que soit le domaine dans lequel vous décidez d’investir votre temps et vos efforts.

En résumé, la solution que je vous propose en quelques mots est d’organiser des événements de façon régulière et à caractère professionnel, ainsi nous permettrons aux joueurs de progresser dans un environnement similaire à ce qu’ils souhaitent atteindre. De même, les joueurs devraient participer d’avantages et encourager de telles initiatives, avec ou sans lots. Ceci dans le but de faire progresser de façon coopérative et dans un esprit d’entraide, la communauté ainsi que la scène de compétition vers là où l’on pourra légitimer l’e-sport au Maroc. Grâce à cela nous pourrons passer à un niveau supérieur, à savoir des événements qui seraient sponsorisés avec à la clé de grande récompenses, donner un statut officiel et apporter de la crédibilité à l’e-sport et sa pratique.

Ceci est mon opinion personnelle à propos du sujet, à vous de réagir!

Article rédigé par

Younes Lesfer

À propos de l'auteur

Mehdi

Passionné des nouvelles technologies et jeux vidéos, vous pouvez me suivre sur Twitter | Facebook

3 Commentaires

  • Bonsoir à tous,

    Il est difficile de faire une quelconque mesure au sujet du gaming au Maroc. En effet, on manque clairement d’infrastructures malgré les efforts menés ponctuellement par certains revendeurs et sponsors (Fnac, Virgin, Maroc Telecom…). Tout ceci en sachant que les espaces dédiés tels que les cybers (principalement sur pc, mais parfois aussi sur consoles d’anciennes générations) existent et prospèrent depuis 15 ans. Et bien sûr, tout en rappelant que le commerce spécialisé de jeux vidéo existe dans nos souks depuis plus de 20 ans, preuves à l’appui. Quelles observations pouvons-nous en tirer ? Et surtout, que devons-nous prendre en compte avant de se comparer aux Européens et aux Asiatiques ?

    Tout d’abord, je tiens à souligner que l’e-sport appartient à la culture contemporaine. Il s’agit ainsi et avant tout d’une histoire de culture. Alors, quelles sont les conséquences de la culture marocaine sur notre pratique du jeux-vidéo ? Certes, nous avons cruellement besoin de se resouder, de créer une réelle communauté et de mettre en place une plateforme d’échange efficace et accessible à tous. Mais au préalable, nous devons connaître les réels besoins et attentes du public marocain en terme d’e-sport. Faudrait-il se limiter au pc et aux jeux F2P ? Ou plutôt favoriser les consoles de salon en sachant que le jeu en multi est possible pour des licences acquises et non contrefaites. Ou encore, devrions-nous seulement encourager le gaming LAN ?

    En tant que baroudeur du web, et ayant eu l’occasion d’observer l’industrie et la pratique du jeux-vidéo au Maroc comme à l’étranger, il me semble que les joueurs marocains évoluent. A l’image de notre pays émergent, nos joueurs sont coincés entre deux pratiques du gaming. En effet, l’on reconnait une importante utilisation des consoles en local, mais aussi une forte communauté de joueurs multi toutes plateformes confondues. Nous sommes donc à la croisée de deux cultures du jeux-vidéo. Rappelons néanmoins que le Maroc est à cheval entre deux langues aux cultures bien différentes, et que pourtant nos mœurs s’équilibrent. Voilà la vraie richesse de notre pays, et celle de tous nos gamers : nous savons nous adapter.

    Ainsi, j’encourage tous les profils à la fois gamers et entrepreneurs du web à s’allier pour mieux analyser et peut-être repenser la pratique du jeux-vidéo au Maroc. Car n’oublions pas, nous avons quelques années de retard, ce qui se traduit d’un retard d’une génération de terme de plateforme. En effet, nous vivons actuellement une période de rupture post PS2 (et consoles connexes) accompagnée d’habitudes propres au jeu de salon convivial et ) l’apparition de nouvelles habitudes, celles qui dépendent d’internet et du gaming live plus exactement. Par conséquent, aujourd’hui, nous pouvons tous devenir acteurs et non plus simples consommateurs de notre bien aimée culture Geek.

    Bien à vous,
    Yassine.

Laisser un commentaire